En tournée à Kikwit, Kabund déclare la fin de la coalition FCC-CACH!

Jean-Marc Kabund, le président intérimaire de l'UDPS.

Au cours d’un meeting organisé ce dimanche 15 novembre à Kikwit, à l’occasion de la “journée de la base”, le président intérimaire de l’Union pour la démocratie et le progrès social ( UDPS), Jean-Marc Kabund, a déclaré la fin de la coalition au pouvoir, composée du Front pour le Congo ( FCC) du président honoraire,Joseph Kabila, et de Cap pour le Changement (CACH) de son successeur, Félix Tshisekedi. «A partir de Kikwit, j’envoie le message à Kabila et à l’ensemble de sa famille politique. La coalition FCC et CACH se conjugue désormais au passé», a-t-il déclaré.

Cette énième déclaration de Jean-Marc Kabund intervient après la marche organisée par l’UDPS et ses alliés à Kinshasa, le samedi 14 novembre, pour soutenir les consultations entamées par le chef de l’État depuis la semaine passée. A l’issue de cette marche, qui a eu comme point de chute le palais du peuple , les militants et cadres de l’UDPS ont exigé la dissolution de l’Assemblée nationale, au cas où le chef de l’Etat se trouverait dans l’impossibilité d’identifier la nouvelle majorité.

La coalition au pouvoir traverse une zone de turbulences depuis la nomination des trois juges de la Cour constitutionnelle. La décision du chef de l’Etat est très attendue, à l’issue des consultations qui s’achève cette semaine.

Recoller les morceaux

De leur côté, les évêques de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) tentent difficilement de recoller les morceaux pour ramener la paix dans la coalition FCC – CACH. Après avoir été consultés par le président de la République, ils ont également rencontré Joseph Kabila. A l’issue de cette entrevue, les évêques ont demandé, à travers un mémorandum, au président honoraire de revoir l’accord signé avec son partenaire politique pour l’intérêt de la population. «Aucun accord ne peut être au-dessus de l’intérêt de la population», a martelé Mgr Utembi, président de la CENCO.

Pour sa part, Joseph Kabila se montre intransigeant sur l’accord qu’il a signé avec son successeur, à l’issue des élections de décembre 2018 qui ont consacré la première alternance historique au sommet de l’État. A ce sujet, l’autorité morale du FCC a écrit au secrétaire général de l’ONU , à la communauté de développement d’Afrique Australe(SADC) et à trois chefs d’États africains témoins de la signature dudit accord, en vue de garantir la paix et la stabilité en RDC.

É.W

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *