Procès Kamerhe en appel reporté au 7 août, et la CENCO s’invite!

Vital Kamerhe, directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, président de la RDCongo.

 

Le directeur de cabinet du chef de l’État congolais, Vital Kamerhe, qui devait être de nouveau devant les juges, ce vendredi 24 juillet dans dans un procès en appel, le sera finalement le vendredi 7 août, le temps que la Cour d’appel de la Gombe procède à la saisine du dossier.

Pour les avocats de Vital Kamerhe, le droit n’a pas été correctement dit à l’endroit de leur client récemment condamné à 20 ans des travaux forcés. Ainsi, ils ont choisi d’aller en appel devant la Cour d’appel de la Gombe. Pour Me Kabengele entre autres, le président de l’Union pour Nation Congolaise (UNC) trouvera gain de cause au second «après la bourde du juge du premier degré.»

 

Vital Kamerhe , lors de son jugement-Procès 100 jours.

Entre-temps, de sa cellule du Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK) — ex-prison centrale de Makala –, Vital Kamerhe a reçu la visite du porte-parole parole des évêques regroupés au sein de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) , l’abbé Donatien N’Shole, au point de susciter une certaine polémique. Celui-ci va la balayer en ces termes: «Rendre visite à un prisonnier ne veut pas dire interférer sur la Justice.»

Bien que rien n’ait filtré officiellement de cette entrevue, certaines indiscrétions font état de la disponibilité de la CENCO à impliquer ses avocats comme observateurs dans cette saga judiciaire. Déjà dans le passé , la même CENCO avait mis ses avocats à contribution pour faire la lumière sur le dossier judiciaire de Katumbi, en vue de reconcilier les parties en conflit à cette époque.

Dans le camp de Kamerhe, l’on continue à faire valoir la thèse d’un procès politique dans le but de disqualifier ce dernier de la course pour la présidentielle de 2023. Par ailleurs, les autorités congolaises sont accusées de refuser d’accorder le visa à deux avocats français enclins à venir à Kinshasa renfoncer la défense de Vital Kamerhe. Information démentie par des sources proches de l’ambassade de la RDC à Paris.

Érick WEMBAKUNGU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *