La première marche anti-Malonda fait 3 morts et 19 blessés graves à Kinshasa!

Comme annoncé, la série des marches contre l’entérinement, par l’Assemblée nationale, de Ronsard Malonda comme président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), a été inaugurée, hier jeudi 9 juillet à Kinshasa, par les militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et Alliés. Mais, la violence a été aussi au rendez-vous, avec trois morts de sources concordantes, 19 blessés graves et des édifices mis à sac ou carrément incendiés par les manifestants en colère!

Malgré l’interdiction de cette marche par le Vice-premier ministre en charge de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, et par le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, les militants de l’UDPS communément appelés «combattants» ont pu mobiliser une foule non négligeable pour gagner la rue en plusieurs endroits, pour déboucher tous sur le Palais du peuple, siège du Parlement. Chemin faisant, ils ont connu des échauffourées avec la police et la jeunesse du Parti du peuple pour la Démocratie et le Reconstruction (PPRD), surnommée «les bérets rouges». Autant dire les deux principaux partis de la coalition au pouvoir, l’un de l’actuel Chef de l’État, Félix Tshisekedi, et l’autre de son prédécesseur, Joseph Kabila, qui s’affrontent à l’arme blanche dans les rues de la capitale congolaise…

Un policier brûlé au troisième degré

D’abord, au siège municipal du PPRD sur la 6ème rue dans la Commune de Limete où l’affrontement entre les militants de deux formations politiques se solde par l’incendie de l’édifice, devant une police dépassée par les évènements… Tout triomphants, les «combattants» vont alors prendre d’assaut un autre siège du PPRD, sur leur trajet vers le Palais du peuple… En effet, arrivés sur l’avenue Sendwé, dans la Commune de Kalamu, ils se sont «expliqués» avec les policiers assurant la protection de ce lieu… Le lancement des gaz lacrymogènes va précipiter les choses; dans la foulée, les «combattants» détruisent le mur du siège du PPRD, saccagent en diagonale le siège de son allié, le Parti Travailliste de Steve Mbikayi… Et comme l’église évangélique, l’Armée de l’Éternel, du révérend Sony Kafuta, est non loin de là, vite ils la pillent aussi… Ainsi, ils se féliciteront d’avoir régler leurs comptes avec ce pasteur ayant désigné Ronsard Malonda accusé d’être un agent de Kabila comme futur président de la CENI auprès de l’Assemblée nationale pour entérinement.

C’est finalement aux abords du Palais du peuple que les «combattants» avec la foule mobilisée pour la cause rencontrent la résistance la plus farouche… Lancement des grenades lacrymogènes, tirs de sommation en l’air… Mais, les deux manifestants tués l’ont été par balles! Un policier est happé par la foule dans le périmètre, avant d’être lynché et brûlé au troisième degré! Il serait entre la vie et la mort à l’hôpital du camp Lufungula.

Même scénario de guerre civile ou presque à Lubumbashi, la deuxième ville du pays dans le Sud-Est, à Kananga, à Kabinda dans le centre, à Butembo dans l’Est congolais, où les marches anti-Malonda ont été sévèrement réprimées, provoquant des blessés! En revanche, à Kisangani et à Isiro dans la Province orientale, ainsi que à Mbuji-Mayi, bastion de l’UDPS, les manifestants ont marché, en toute quiétude, lu et déposé leur mémo à l’Assemblée provinciale, encadrés par la police.

En attendant la marche anti-Malonda, cette fois-ci, du regroupement politique, Lamuka, ce lundi 13 juillet, avec la Coordination des Laïcs catholiques sur toute l’étendue du territoire national, la tension reste vive particulièrement à Kinshasa!

Érick WEMBAKUNGU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *