Côte d’Ivoire: sur les 44 dossiers de candidature, seuls 4 retenus et validés par le Conseil constitutionnel!

Mamadou Kone, le président du Conseil Constitutionnel de Côte d'Ivoire

Le président du Conseil Constitutionnel de la Côte d’Ivoire, Mamadou Koné, a dévoilé, ce lundi 14 septembre 2020, la liste officielle des candidats retenus pour les prochaines élections présidentielles du 31 octobre. Il s’agit de Alassane Ouattara (RHDP), Henri Konan Bédié (PDCI), Kouadio Konan Bertin (Indépendant) et Pascal Affi N’Guessan (FPI).

Malgré la pression des opposants dénonçant l’illégalité de la candidature pour un troisième mandat du président sortant, Ouattara, le Conseil Constitutionnel a validé celle-ci. En revanche, il confirme le rejet de celles de l’ancien président Laurent Gbagbo, et de l’ancien président de l’Assemblée Nationale Guillaume Soro, prétextant que ces deux grandes figures de la politique ivoirienne sont condamnées par la justicie ivoirienne. Retenu à Bruxelles en attendant la fin de sa procédure devant la Cour Pénale Internationale (CPI), Gbagbo a été condamné à vingt ans pour l’affaire dite du «braquage de la BCEAO». En plus, sa déclaration de candidature n’étant pas été signée de son nom, celle de son mandataire n’a pas été authentifiée, estime le Conseil constitutionnel.

 

Guillaume Soro et Laurent Gbagbo.

Quant à Guillaume Soro, il a aussi été condamné à vingt ans de prison pour «recel de détournement de deniers publics». Toutefois, Soro a le soutien de la Cour africaine appelant à la suspension de cette condamnation, et à la prise de toutes les mesures nécessaires, en vue de la levée immédiate de tous les obstacles l’empêchant de jouir de ses droits d’élire et d’être élu. Déjà au mois d’avril, la Côte d’Ivoire n’avait pas reconnu la compétence de la cour africaine, et en ce mois de septembre, cet appel au soutien à Guillaume Soro pourrait rester lettre morte.

Plusieurs autres candidatures ont été aussi considérées comme irrecevables, car elles n’ont reccueilli suffisamment de parrainages dans le nombre de régions requises. Celles de d’Albert Toikeusse Mabri, Mamadou Coulibaly et de Marcel Amon-Tanoh. A titre de rappel, 44 dossiers de candidatures ont été receptionnés par la Commission électorale indépendante (CEI), et transférés au Conseil constitutionnel. Seuls 4 ont été jugés recevables.

A l’approche de la présidentielle, plusieurs Ivoiriens redoutent de violences meurtrières, dix ans après la crise de la présidentielle ayant fait 3000 morts.

M’gm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *