Violences sexuelles basées sur le genre: la ligne verte 122 officiellement opérationnelle!

Dr. Sennen Hounton, La ministre Béatrice Lomeya ,La conseillère Chantal Yelu Mulop.

Après avoir lancé, en juin dernier, la formation, initiée par la conseillère du Chef de l’État en charge de la Lutte contre les violences faites à la femme, Chantal Yelu Mulop, sur la prise en charge des victimes des violences sexuelles basées sur le genre (VBG), la Ministre d’État en charge du Genre, Famille et Enfant, Béatrice Lomeya, a rendu officielle, le lundi 3 août, l’opérationnalisation de la ligne verte 122. Cette ligne avec ses services aura pour but de prendre en charge des victimes d’un acte ou d’une menace de violence sexuelle.

«La ligne verte est un point de départ qui permet à la survivante ou à la victime d’avoir un premier contact en temps réel, d’alerter le service habilité à lui apporter secours et le cas échéant à bénéficier d’une prise en charge appropriée, offerte par les services étatiques ou non étatiques….Sur ce, je lance l’opérationnalisation du numéro vert le 122», a déclaré Béatrice Lomeya au début de la cérémonie.

La ministre Béatrice Lomeya.

La ministre a également suggéré que la ligne soit accessible dans les différentes langues nationales, car, selon elle, les victimes ne parlent pas toujours français ou lingala, ces deux langues les plus parlées dans la capitale congolaise.

La cérémonie s’est déroulée en présence de Chantal Yelu Mulop qui a tenu tout d’abord à remercier le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits Humains (BCNUDH) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), représenté par le Dr. Sennen Hounton, pour leur implication dans cette initiative en faveur des victimes des VBG.

La conseillère Chantal Yelu Mulop.

Le Call Center du 122 appuie les axes stratégiques mis en place par Chantal Yelu Mulop en faveur du Genre en RDC sous le leadership du Chef de l’État, à savoir la Tolérance Zéro qui a pour objectif de lutter contre l’impunité des auteurs de violences sexuelles et l’Addendum au Communiqué Conjoint visant à retirer le Congo de la liste noire des pays en zones de conflit où les violences sexuelles sont utilisées comme de réelles armes de guerre.

MOSESGLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *